Le char SOMUA S35 pour Bolt Action, peint par Guigeek

La peinture du blindé pour le Wargame.

Laissons Guigeek décrire le projet peinture de son char Somua (l’un parmi une belle armée méca qui prend forme ! )

Alors ma figurine est mon 2e tank pour mon armée française ww2. C’est la 2e fois que je peins un camouflage. Mon projet d’armée est assez sourcé. Le but est de produire une armée qui est historiquement correcte, avec des schémas cohérents. Je joue donc une Division Légère Mécanique, l’équivalent d’une panzer division allemande.

char somua s35 pour bolt action

Ce tank représente donc un tank du 13e dragon, avec un schéma que l’on peut voir dans un musée.

char somua musée

J’ai aussi utilisé pour la première fois des pigments aussi. C’est un Somua S35, surement un des meilleurs chars du début de la guerre.

somua char s-35

Découvrir le char Somua S35

Contexte historique du développement du SOMUA S35

Le contexte historique entourant le développement du SOMUA S35 remonte aux années qui ont suivi la Première Guerre mondiale. À cette époque, les chars Renault FT, bien qu’ayant joué un rôle essentiel dans les premières opérations blindées, étaient devenus obsolètes sur le champ de bataille. Les progrès technologiques rapides et les leçons tirées des conflits passés ont incité l’état-major des armées françaises à lancer un programme ambitieux en août 1933. L’objectif était clair : concevoir un nouveau char de 6 tonnes capable de remplacer les vénérables Renault FT et de répondre aux exigences d’une guerre moderne.

char FT17

Objectif principal de remplacer les chars obsolètes de la Première Guerre mondiale

Le principal moteur derrière le développement du SOMUA S35 résidait dans la nécessité de moderniser les forces blindées françaises. Les chars de la Première Guerre mondiale, bien qu’ayant révolutionné les tactiques militaires, étaient désormais dépassés. Face à l’émergence de nouvelles menaces et à l’évolution des stratégies militaires, il devenait impératif pour la France de doter son armée d’un char plus puissant, rapide et mieux blindé. Ainsi, le programme de développement visait à créer une nouvelle génération de chars capables de faire face aux défis du champ de bataille moderne, marquant ainsi le début de l’ère des chars moyens français, dont le SOMUA S35 allait devenir l’un des représentants emblématiques.

Somua char francais 1940

Développement du SOMUA S35

Lancement du programme de développement en août 1933

En août 1933, l’état-major des armées françaises prend une initiative cruciale en lançant un programme de développement destiné à concevoir un nouveau char de 6 tonnes. Cette décision marque le point de départ d’une recherche intensive visant à moderniser les forces blindées françaises, qui se sont appuyées pendant trop longtemps sur les Renault FT de la Première Guerre mondiale, devenus obsolètes.

Avant-projets et études conduisant à la production du Hotchkiss H35 et du Renault R35

Le lancement du programme donne lieu à une période d’études approfondies et de recherches visant à concevoir un char répondant aux exigences modernes du champ de bataille. Cette phase de développement engendre plusieurs avant-projets, parmi lesquels émergent deux chars qui seront effectivement produits : le Hotchkiss H35 et le Renault R35. Ces deux véhicules, bien que distincts du SOMUA S35, reflètent la diversité des approches techniques et tactiques explorées au cours de cette période.

profile camouflage somua S35

Modification du programme pour répondre aux besoins de la cavalerie française

Cependant, l’évolution des besoins militaires, notamment la motorisation de la cavalerie française après la Première Guerre mondiale, conduit à une modification du programme initial. En juin 1934, des ajustements substantiels sont apportés, notamment l’imposition d’un blindage de 40 mm pour la caisse, une masse totale de 13 tonnes et l’adoption de la tourelle APX-1. Cette refonte du programme vise à créer une automitrailleuse de combat (AMC) plus lourde, dotée d’un équipage de trois hommes, répondant ainsi aux nouvelles réalités tactiques. Dans cette reconfiguration du projet, la Société d’outillage mécanique et d’usinage d’artillerie (SOMUA) se distingue en présentant un prototype approuvé le 26 juin 1934, marquant ainsi une étape significative dans le développement du SOMUA S35.

Caractéristiques Techniques du fleuron des blindés francais en 1939

Description des caractéristiques principales du SOMUA S35

Le SOMUA S35 se distingue par un ensemble de caractéristiques techniques qui en font l’un des chars les plus remarquables de la Seconde Guerre mondiale.

Blindage du char de combat S35

Le blindage constitue l’une de ses caractéristiques les plus notables. Robuste et bien conçu, il offre une protection efficace contre les tirs ennemis. L’épaisseur et l’inclinaison du blindage contribuent à accroître sa résistance sur le champ de bataille, faisant du S35 un adversaire redoutable pour les canons ennemis. Cette qualité s’avérera cruciale lors de batailles telles que celle de Hannut en Belgique, où le SOMUA S35 a résisté aux tirs des canons allemands.

Canon antichar du char Somua S-35

Équipé d’un canon antichar performant pour l’époque, le SOMUA S35 dispose d’une capacité offensive significative. La précision et la puissance de feu de son canon, souvent comparé favorablement à ceux des Panzers allemands, ont contribué à renforcer son rôle sur le champ de bataille. Cette caractéristique a été mise en évidence lors de la bataille de Hannut, où le S35 a efficacement engagé et résisté aux canons des Panzers III et IV allemands.

Vitesse

La vitesse du SOMUA S35 constitue un atout majeur, conférant à ce char une mobilité essentielle sur le champ de bataille. Sa rapidité a été mise à profit lors d’opérations militaires nécessitant une manœuvrabilité rapide, bien que cela ait également contribué à des problèmes logistiques tels que des pannes mécaniques et des pénuries de carburant, surtout face à la rapidité des Panzerdivisionen allemandes.

Autres Caractéristiques du monstre d’acier francais

Outre ces points saillants, le char Somua présente d’autres caractéristiques notables telles que sa conception ergonomique, son agilité sur différents terrains, et son rôle polyvalent sur le champ de bataille. L’ensemble de ces caractéristiques techniques a contribué à faire du SOMUA S35 l’un des chars d’assaut français les plus avancés de son époque

Performance sur le Champ de Bataille

Bataille de Hannut en Belgique (12 mai 1940) : le baptême du char Somua

La performance remarquable du blindé SOMUA S35 a été mise en lumière lors de la bataille de Hannut en Belgique le 12 mai 1940. Cette confrontation, considérée comme la première bataille rangée de blindés de la Seconde Guerre mondiale, a fourni une plateforme cruciale pour évaluer l’efficacité du S35 sur le champ de bataille.

Résistance aux tirs ennemis et limitations

Le SOMUA S35 a démontré une résistance impressionnante aux tirs ennemis lors de la bataille de Hannut. Son blindage bien conçu a prouvé sa capacité à faire face aux canons 3,7-cm KwK 36 L45 des Panzers III et aux 7,5-cm KwK 37 des Panzers IV allemands. L’épaisseur et l’inclinaison du blindage ont permis au S35 de résister efficacement aux tirs, faisant preuve d’une robustesse exceptionnelle sur le champ de bataille. Seuls les redoutables canons anti-aériens de 88 mm allemands ont réussi à constituer une menace significative pour les S35.

Cependant, malgré sa performance impressionnante, le char somua n’était pas exempt de limitations. Les pannes mécaniques et les problèmes d’approvisionnement en carburant ont entravé son efficacité opérationnelle, un défi exacerbé par la rapidité des opérations imposées par les Panzerdivisionen allemandes. Ces limitations ont souligné la nécessité d’améliorations logistiques pour optimiser l’utilisation du S35 sur le terrain.

Comparaison avec les chars allemands de l’époque

La bataille de Hannut a également permis de comparer le SOMUA S35 aux chars allemands contemporains. Son canon de 47 mm, en théorie capable de percer tout le blindage des chars allemands de l’époque, a contribué à équilibrer le rapport de force. Cependant, la confrontation avec les Panzers a souligné la nécessité d’innovations continues pour maintenir la supériorité sur le plan technologique.

La performance du char Somua à Hannut a démontré son efficacité sur le champ de bataille, tout en mettant en évidence les défis logistiques et les opportunités d’amélioration pour les chars français de l’époque.

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/SOMUA_S35