Nos jeux : Zombicide Black Plague

Depuis 2012 et le lancement du kickstarter de ce qui deviendra la première saison de cet univers, difficile de passer à côté du phénomène Zombicide.

Pour ceux qui n’auraient pas encore pu tester ce blockbuster du jeu de plateau, voici un petit aperçu de ce à quoi vous pouvez vous attendre. Ce petit billet se penchera plus particulièrement sur Zombicide : black plague (ZBP), la version médiévale fantastique.

Tout d’abord, ZBP, c’est quoi ?

Nous sommes ici face à un jeu purement coopératif (tous les joueurs poursuivent un but commun contre le jeu) qui se déroule dans un univers médiéval fantastique classique, confronté à une invasion zombie, orchestrée par de vils nécromanciens.

Le but premier sera de survivre ensemble en fuyant du plateau de jeu (représentant une partie d’une ville), tout en massacrant allégrement zombies (cf. le titre du jeu !), nécromanciens et autres monstres plus ou moins pourrissants. Les joueurs devront bien souvent remplir des objectifs intermédiaires pour arriver à leurs fins (objectifs souvent assez simples comme trouver une clé pour ouvrir la porte menant à la sortie ou tuer un monstre spécifique).

Comment joue-t-on ?

Chaque tour de jeu se divise en une phase joueurs et une phase zombies. Durant la phase joueurs, chacun d’eux dispose de 3 actions (mouvement, combat, tir, ouvrir une porte, échanger du matériel trouvé sur le plateau, etc.) qu’il devra accomplir à la file, avant de passer le relais aux joueurs suivants (suivant un ordre qui évolue à chaque tour). C’est le moment pour les joueurs de définir leur stratégie et d’essayer de jouer en équipe car, mine de rien, la situation peu rapidement devenir tendue ! Puis arrive la phase zombie : il existe sur le plateau des points de spawn, qui génèrent aléatoirement l’arrivée de zombies (normaux, rapides, plus résistants, etc.). Les zombies déjà présents sur le plateau se dirigeront eux vers les joueurs et pourront éventuellement les attaquer. A noter que des zombies peuvent également apparaître, en intérieur, pendant la phase joueurs.

Ces deux phases se succèdent jusqu’à ce que soit :

* Les joueurs réussissent à remplir leurs objectifs et quitter la table par la sortie,

* Ces mêmes joueurs se fassent déborder par la horde titubante et ne se fasse dévorer.

Intérêt du jeu :

Ce qui fait la grande force du jeu, ce sont ses règles simples pouvant être expliquées rapidement, même à des joueurs très occasionnels (le thème fort et le matériel de très bonne qualité ne gâchent rien non plus). Zombicide est de ce fait un bon candidat pour attirer de nouveaux joueurs dans l’univers des jeux de plateau, d’autant plus que, pour peu que tout le monde se prête au jeu, les parties peuvent s’enchaîner facilement et que l’ambiance tourne souvent à la franche rigolade (le thème horrifique n’est en effet pas à aborder au premier degré). »

clemich

Nos jeux : Shadespire

Petit retour sur un jeu agréable et à fort potentiel…
Shadespire propose des mécaniques agréables et intéressante tout en comblant une niche inexploitée : le petit jeu de plateau avec figs. Le format s’oriente sur des parties du combat d’arène géré en 30 minutes, ce qui comble agréablement un temps mort. 🙂

Dans des parties courtes mais très séquencées (4 actions par tour, en 3 tours), des combattants s’opposent en quête de gloire par les défaites sur l’ennemi, mais aussi le contrôle du terrain.

Les objectifs sont tirés au hasard dans des decks spécifiques aux factions (contenant toutefois une part commune de cartes génériques) tandis que des cartes « pouvoir » viennent renforcer les capacités de nos guerriers ou influencer le plateau.
Les combats sont réglés à coups de dés spéciaux d’attaque et de défense, avec différentes qualités dans les capacités (un Sigmarite a 1 chance sur 2 de toucher contre un Khorneux avec 1 sur 3, même chose pour la défense).

Le jeu est asymétrique mais semble équilibré et les deux factions de la boîte de base possèdent déjà une réelle identité. Games Workshop propose en outre déjà 6 bandes supplémentaires avec de nouveaux Guerriers du Chaos, d’autres Sigmarites, des Squelettes, des Skavens et  des Nains.

On se prend à bluffer autour des actions entreprises (« Va-t-il penser que je brigue un point d’objectif et tomber dans mon piège alors que je veux juste le ratatiner? ») ou et le séquençage rend bien l’effet des gros coups de marteau!

C’est un jeu avec un bon potentiel d’initiation au jeu de figs en général (en oubliant les cartes, on peut faire jouer un enfant novice!), le format tournoi est envisageable aussi : de nouvelles cartes viennent agrémenter le deckbuilding et personnaliser le gameplay. 🙂

crédit : figurines peintes par Riri

Nos jeux : Necromunda

Necromunda est un jeu d’escarmouche entre gangs rivaux dans un futur sombre et décadent. Enfermés dans les bas-fonds d’un monde-ruche  oxydé, décati et claustrophobique, les gangers s’affrontent pour le contrôle de diverses ressources, sous le regard amusé des castes dominantes. Lorsqu’ils s’aventurent plus bas encore, ils ne sont jamais à l’abri de découvrir des merveilles technologiques oubliées.

L’univers du jeu s’inspire de la littérature cyberpunk (Neuromancien, Câblé…) autant que du cinéma de genre post-apocalyptique (Mad max…) et d’anticipation (Blade Runner,  Running man…),  tout en offrant de la richesse à la toile de fond qu’est Warhammer 40K dont Necromunda fait narrativement partie intégrante.

Au-delà d’une simulation de combat détaillée et ultra-violente, le système de jeu permet de créer un gang composé de personnages nommés et équipés individuellement. Chaque individu progresse suivant son propre niveau d’expérience. Ce point constitue tout l’intérêt de jouer des parties liées en campagne, en incluant un système de gestion de secteurs et de ressources pour chaque gang.

table créée par Ram-Le Passeur de Rêves

   

les Merciless Sistas, Gang Escher par vonHymack

 

 

 

Frostgrave en immersion

Voici quelques photographies d’ambiance en pleine partie de Frostgrave. Dans la Cité glacée, nos mages tombent souvent sur des rencontres étranges et souvent dangereuses!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos jeux : Frostgrave

Il y a longtemps de cela, la grande cité de Felstad trônait au cœur d’un empire magique. En son sein, un jour, dans quelque confortable tour ou une sombre antichambre, un mage inconscient donna vie à une magie trop puissante pour être contrôlée. Une tempête se leva, un blizzard qui engloutit toute la cité, l’enfouissant et ne laissant de la région que l’image d’une vaste désolation glacée. L’empire ne survécut pas au cataclysme et sa magie s’évanouit.

Après un millénaire, l’hiver prit fin et Felstad fut libérée des glaces et fut renommée « Frostgrave ». Dès lors, des quatre coins du monde, des mages avides de connaissances et de pouvoirs affluèrent vers la ville, bien décidé à percer ses secrets…

Balistram l’Illusionniste et sa bande par vonHymack

Edité par Osprey Publishing dans la langue de Shakespeare, puis traduit en Français par le Studio Tomahawk, il s’agit de l’un de nos jeux phares, mêlant aventure et magie. C’est un univers ouvert que nous développons par des scénarios multijoueurs davantage basés sur la coopération et la narration que sur l’aspect purement compétitif.

C’est surtout la bonne excuse pour produire figurines et décors médiévaux-fantastiques en tapant joyeusement dans toutes les gammes disponibles!

 

 

zombies Mantic et goules Games Workshop

 

 

Vampyr, transformation par vonHymack