Runewars : pour le pouvoir sur Terrinoth !

Terrinoth n’est pas un monde facile. Monde où excellent les héros, c’est aussi un monde de violence. Aussi quatre factions se disputent l’hégémonie. Elles sont à la recherche des Runes de Dragon. Grâce à elles, la faction, qui en contrôlera le plus au bout des sept tours de jeu, sera déclarée vainqueur. Et au milieu de tout cela, les Sorciers, Géants et autres Dragons veillent et se baladent sur ce monde.

Ça bouge entre les factions d’Uthuk Y’llan (rouge) et Waiqar l’Immortel (violet)

Vous l’avez compris, Terrinoth est loin d’être un monde tranquille et cela jusqu’à 4 heures de jeu. En sept années, les joueurs, jusque 4, vont étendre leur royaume de départ et enrôler des héros pour acquérir le maximum de Runes de Dragon. Ainsi, en étendant leurs territoires, les joueurs vont récolter de nouvelles ressources qui les aideront à développer leurs empires et à recruter de nouvelles unités.

Des Elfes Latari entourés d’Ailes-rasoirs, de Cerbères et d’un Dragon.

Chaque année est divisée en 4 saisons et ces dernières en 3 étapes. Ainsi, lors d’une saison, le premier joueur pioche une carte de la saison en cours et les joueurs la résolvent. Chaque carte saison possède une capacité aléatoire à suivre et une capacité secondaire récurrente et concernant la saison en cours. Ensuite, chaque joueur choisit une carte Ordre de sa main de 8 cartes (9 avec l’extension Bannières de Guerre). Enfin, chacun réalise l’action choisie et le bonus éventuel. Les joueurs ne récupèrent les cartes Ordres que lors de la saison de printemps de l’année suivante. Ainsi, 4 cartes sur les 8 (ou 9) se réaliseront lors d’une année.

Uthuk Y’llan face à des Géants

Chaque faction est différente de celles des autres. Les plateaux personnels et les unités sont caractéristiques d’une nation avec des capacités propres. Mais les joueurs peuvent aussi récupérer des types d’unités qu’ils ne peuvent produire. Ainsi, les unités neutres du plateau peuvent rejoindre son camp par un test en Diplomatie. Un Dragon dans son armée est un avantage certain pour la suite des opérations.

Plateau des Elves Latari, avec le bloc de l’extension à droite

Il existe des unités particulières dans le jeu, les héros. Ceux-ci ont des compétences et un alignement particuliers. L’alignement est important car s’il ne correspond pas à celui de la faction, il peut déserter. Chaque joueur ne peut pas en avoir plus de trois. Ils servent essentiellement pour accomplir des quêtes qui permettent d’avoir des récompenses, comme des armes et des armures. Pour les accomplir, il faut faire des tests d’attributs. En plus des quêtes, les héros sont aussi des soutiens dans les batailles et peuvent être mis en déroute lorsque celle-ci est perdue. Enfin, les héros peuvent faire des duels, pour blesser voire tuer un héros adverse.

Rencontre au sommet entre les 4 factions !

Quand deux armées se rencontrent, il y a combat. Celui-ci est séquencé en fonction de la classe des unités. Aussi, pour le résoudre comme pour tous les autres tests, le résultat est fonction des cartes Destin piochées. En effet, il n’y a pas de dés dans le jeu. Ainsi, le résultat d’une action comme le combat, le duel voire la diplomatie, c’est le tirage qui le décide. Certes, l’aléatoire y est présent, ce qui peut ennuyer certains. Mais cela amène cette touche de risque et d’incertitude. Ce qui est normal pour ce type de jeu.

Les Seigneurs Daqan (bleu) foncent vers le centre

Typiquement un des meilleurs jeu héroïc-fantasy améritrash, Runewars réussit à nous immerger dans le monde de Terrinoth. Bonne réussite, beau matériel, belles figurines et de bons mécanismes, Runewars permettra aux joueurs de déployer leurs talents, aussi bien en gestion qu’en stratégie. Une extension existe, Bannières de Guerre, apportant du nouveau matériel. Mais on peut regretter qu’elle n’amène pas une nouvelle faction pour pouvoir jouer à 5. Que le meilleur gagne !

Cpt Harlock

Loin de se terminer !

Scale75 – Instant Colors !

Par Eric_

Une nouvelle fois, j’ai craqué ! Je n’ai pas pu résister à ce kickstarter. Il se trouve que je ne possédais et ne possède aucune peinture de la gamme Contrast Paint de chez GW, je suis un grand fan de la gamme ScaleColor de ce même fournisseur et je suis toujours très content de tester de nouvelles peintures.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, premier point fabuleux : malgré le Covid, la livraison a été reçue dans les temps estimés ! C’est incroyable pour un Kickstarter, bravo à Scale75 pour ce fait rarissime.

J’ai donc reçu ce mois-ci joli paquet carré.

En voici le contenu qui se décline sous la forme d’un joli coffret et de quelques goodies (oubliables).

Dans le coffret, comme prévu, deux racks de peintures Instant Color qui reprennent la gamme complète de couleurs, elles-mêmes divisées en six parties : les rouges, les peaux, les verts, les bleus, les marrons (arbres, cuirs), les ombres et autres gris. A ces couleurs s’ajoutent 3 sous-couches (gris froid, blanc neutre, blanc chaud ) et un diluant spécial pour le produit Instant Color. C’est ce que vous voyez sur les deux photos suivantes.


Voici un petit nuancier complet avec les numéros de pots au dessus des cases (cliquez dessus pour une version haute-résolution). Chaque ligne correspond à une boite. J’ignore si il y aura du packaging à l’unité mais c’est très probable chez Scale75, ils le font usuellement.

En première lecture, j’aurais tendance à  recommander, en priorité  :
– Les pots 4 et 8 qui permettront les rouges, oranges et jaunes,
– En seconde ligne, les pots 14 et 15 qui offrent quelques possibilités pour les peaux humaines.
– En troisième ligne le bleu 18 semble bien intense, le vert 23 est une bonne option,
– En quatrième ligne, le violet 27 semble le plus intéressant. Le reste me semble oubliable
– les pots 34 à 40, de la quatrième ligne et qui sont inclus dans la même boite me semblent à retenir en priorité. Ce sont tous les marrons (cuirs, terre, végétation, etc).
– La dernière ligne est dédiée aux ombres, je recommande les couleurs 42, 44, 00, 01.

Parlons maintenant de la dilution de ce produit.
Nos experts ne manquant pas d’imagination, ont été testés le diluant maison Instant Color, le klir, un vernis mat, l’eau, et le Lahmian Medium.

Le klir ne fonctionne pas bien, l’eau non plus. Le résultat du vernis mat est incertain. La bonne surprise vient du fait que le Lahmian Medium et le diluant Instant Color donnent exactement le même résultat. Cette propriété se révèle équivalente en dilution de peinture Contrast. Je ne saurais donc que trop vous conseiller d’opter, pour des raisons de coûts, pour le diluant Instant Color en remplacement du Lahmian Medium si vous en êtes de gros consommateurs.

Et si nous mettions un peu cette peinture en œuvre ?
Je pars sur la sous-couche coquille d’œuf. Elle est fluide et couvrante, ne pose aucun souci sans dilution aucune dans un aérographe pourtant avec une pointe de 0.15. C’est une vraie réussite.
Je peins ensuite la figurine qui suit; brutalement; sans trop faire attention en appliquant plus ou moins des gestes de débutants pour voir quel résultat est obtenu sans effort. Je n’utilise bien entendu que de l’Instant Color (sauf la lame en argenté standard).

Qu’en dire ? Le résultat au bout de 30 mn n’est pas au niveau des mes exigences usuelles mais ce n’est pas affreux non plus. Tout à fait utilisable tel que. Ce qui me surprend et je souligne ce point : le positionnement n’est pas pour moi le même que pour la gamme GW Contrast Paint. Je m’explique, ici point question de ne passer qu’une unique couche qui fait le travail toute seule, on travaille plutôt deux ou trois couches qui viennent se superposer de la plus claire à la plus sombre. Nous sommes plus sur le coté « lavis » que sur une forme de lasure. On gagne en contrôle, en finesse, en possibilités d’exploitation pour ce produit mais on perd le coté « une couche et c’est fini ».

Bien entendu cette peinture peut servir de base à quelque chose de plus construit et dix minutes de peinture de plus pourront vous donner ceci.

Nous ne sommes toujours pas sur une peinture d’expo mais ça devient raisonnable pour le jeu et ceci en un temps raisonnable.

Essayons de conclure de manière synthétique et exhaustive :

  • Chouette coffret (même si le bois en est léger, joli effort).
  • Même si, avec une gamme si large, 30% à 40% des couleurs sont certainement redondantes ou oubliables, l’offre a le mérite d’être  plus riche que le nuancier Contrast Paint.
  • Ceci d’autant plus qu’elles se mélangent très bien entre elles et qu’elles sont souvent plus intéressantes mélangées et enrichies qu’en sortie directe de pots.
  • Pour beaucoup, des couleurs bien saturées, très agréables à l’œil, naturelles, plutôt transparentes.
  • Un médium qui semble de meilleure qualité de la Contrast Paint : le produit se tire mieux, l’ensemble est plus liquide et semble permettre un meilleur contrôle lorsque utilisé en lavis. Comparativement à la PA Air et à la Contrast Paint, il permet un lavis sans préparation, ainsi qu’un meilleur contrôle de la passe.
  • L’Instant Color semble aussi contenir une forme de retardateur qui promet de beaux fondus, ce qui semble l’éloigner d’un usage pour de la peinture de masse. Avec un temps de séchage assez lent, cela peut constituer un frein pour celui qui travaille vite.
  • Résultat satiné.

Je profite de cet article pour vous indiquer le lien de cette vidéo réalisée par la marque qui me semble très représentative de ce qui peut être fait (et comment le faire) avec cet outil.

Quelques tous derniers mots pour terminer :
Tout d’abord un grand merci à VonHymack avec lequel nous avons étudié ces peintures.
A ma connaissance et Covid oblige, le produit n’est pas encore disponible réellement à la vente.
Cet article n’est aucunement sponsorisé. La Forge Ludique et moi-même n’avons aucun lien avec la marque Scale75.
Nos conclusions sur ce produit n’engagent que nous. Il ne s’agit aucunement d’un forme de publicité pour vous inviter à vous le procurer. Chacun peut évidemment vivre une expérience différente avec ces peintures et arriver à bien d’autres conclusions.

Journal de l’Enclume Octobre 2020

Et voilà, ça n’a pas tenu bien longtemps, nous voilà reconfinés. Ce coup-ci, on ne nous aura pas ! Nous avons refait les stocks de plastique et de peinture, notre Discord tourne à plein régime, nous sommes prêts à tenir des années ! En attendant, voici quelques photos de notre production de ce mois d’octobre. Comme vous pourrez le constater, en plus de nos jeux usuels, il semble qu’Adeptus Titanicus fasse une entrée fracassante à la Forge et qu’un certain Vonhymack se mette à la sculpture 3D. Bon courage à vous et très bonne lecture.

PS : Mon petit doigt me dit que le prochain journal devrait contenir quelques Lords of Plagues.

Par Greglegob

Une reprise de mon projet Tzeentch AOs avec l’une des plus belle figurine de la gamme.
Un vrai plaisir a peindre malgré de nombreuses questions sur l’équilibre des teintes. Je suis arrivé à un résultat répondant à mon objectif d’Ultra fantasy que je souhaite voir sur ce projet peinture.

Par Kirou

En octobre on essaye de terminer des projets entamés et pas terminés… Enfin au moins un…
J’ai donc commencé par finir mon Archrevenant pour mon armée Sylvaneth à AoS, un gros gros plaisir à peindre ! 

Et puis lancement de campagne oblige, je me suis converti une cabale morbide, qui pourra aussi être joué à l’occasion en PnJ ou sur Inq28… Bref, ça va servir !

Et toujours du Necro avec le duo Kal Jerico et Scabs, un bon délire à peindre aussi !

Par Riri

Des bâtiment 15mm issus de jeu Joan of Arc



J’ai enfin fini la 3 ième boite de renfort des Strigois pour Carnevale… plus que les 15 figurines des Patriciens ^^



Et un wip de gondole, quasiment terminée

Du côté de Warcry, j’arrive à la finalisation du projet:
Une bonne affaire m’a permis de doubler ma faction des Irons Golem pour Warcry, de quoi moduler et jouer en mode campagne, (ma seule bande qui était restée au format starter vanilla ^^).



Ainsi que deux grosse créatures à conquérir, pour Warcry.
Le Mindstealer; et un count-as pour l’Ogride, un grand orque d’Ilyade game, du Retour des Dieux dans mes tiroirs depuis près de 15 ans il me semble ^^



Et un truc comma ça au passage ^^

Par Eric_

Juste un vrac de quelques trucs.

Par Dim

Le wip de ma legio krytos pour adeptus titanicus.


Par VonHymack

Immersion sérieuse à l’impression 3D avec un buste d’alien et un élément de décor (médiéval-fantastique).
L’apprentissage est exigeant mais la possibilité d’imprimer est prometteuse.



Début du Lord of Plagues pour le Challenge Nord organisé par les Canonniers.
Pour le coup je m’impose la gamme Kimera Kolors qui est très qualitative mais qui demande pas mal de tests préalables !



Par Guimlideux

Début des modifications des éléments de Necromunda Dark Uprising.



Par Noskill

Wip Titanicus
Je reprends les pinceaux ce mois pour ma Legio Fureans.
Trois titans ont reçus leurs flammes..



SpaceCorp 2025-2300AD : à la conquête de l’espace !

Alors que j’écris ce mot, deux évènements se sont produits. Le premier, la sonde Osiris-Rex vient d’accoster l’astéroïde Bennu pour récupérer de la poussière. Le second c’est la traduction en français de SpaceCorp 2025-2300AD par Nuts. Bien sûr, je n’ai pas attendu après puisque que j’ai la version originale depuis plus d’un an. Dans SpaceCorp 2025-2300 AD, vous dirigez une entreprise commerciale dans le but de coloniser le système solaire puis l’espace proche du Soleil. Il s’agit d’un 3X, à savoir, eXploration, eXpansion et eXploitation. Oui, pas d’eXtermination ! A ce niveau, il s’agit d’une simple compétition entrepreneuriale.

Les 3 ères de la conquête spatiale

Au cours de trois ères, les joueurs, jusqu’à 4, effectuent des missions d’exploration, de construction et d’établissement tout en cherchant des bénéfices et surtout en remplissant des contrats qui cadencent le jeu. Chaque ère se termine lorsque six d’entre eux sont accomplis ou lorsque la pile de la pioche est vide. A ce moment, soit les joueurs continuent, soit ils arrêtent le jeu. Celui qui a le plus de profit gagne la partie.

Conquête des géantes gazeuses

Chaque joueur possède un plateau personnel qui représente le QG de l’entreprise et des pions à sa couleur. En face d’eux, le plateau de l’ère sur laquelle ils jouent est posé, ainsi que celui des contrats qu’il faut réussir pour avoir les points. Enfin, il y a les cartes de l’époque en question qui vont permettre aux entreprises d’effectuer leurs actions.

Colonisation de Mars !

Au cours de son tour, le joueur effectue une et une seule action. Elles sont nombreuses, près d’une dizaine. Pour effectuer une action, le joueur joue une ou des cartes de l’action concernée, complétées par l’infrastructure du QG s’il y a, et l’accomplit. Pour cela, il faut battre la valeur de l’action en question (égale ou supérieure) pour la réussir. Le reste du tour consiste, entre autre, à réclamer le gain d’un contrat réalisé, effectuer un transport gratuit, écarter et remettre des cartes et en tirer une si 4 ou moins en main.

Cartes et actions

Et c’est là que réside l’intérêt du jeu. Vous ne pouvez faire qu’une action tout comme les autres. D’où se met en place une course entre les compétiteurs car celle-ci sera rude et il sera toujours profitable d’être le premier ! Ainsi, il y aura des moments où vous ne pourrez pas effectuer l’action désirée car vous n’aurez pas les moyens, chose que d’autres pourront faire. Il vous faudra envisager en faire une autre plus profitable, voire optimale pour l’entreprise et la suite de la partie. Le jeu peut paraître simple, les règles le sont, mais nécessite une réflexion dans les tours. Ainsi, il y a une grande interaction qui se crée entre les joueurs. Et la compétition peut durer jusqu’à 4 heures.

QG d’entreprise avec ses infrastructures

Chose intéressant c’est que la boîte prévoit 2 jeux de règles, un pour le solo et un pour le multijoueur. Et chaque fascicule détaille admirablement un tour de jeu, les actions et la partie lors des trois ères. Cela est exceptionnel, surtout pour la partie solo, car, en général, les règles solo sont en fin de règles dans les jeux jouables en solo. Là, le solo et le multijoueur sont sur un même pied d’égalité.

Apparition d’aliens !

Le jeu est très bon. D’ailleurs, il rencontre un certain succès, d’autant plus qu’il vient d’être traduit en français. Facile d’accès, grande interaction, renouvellement des parties, des QG différents de ceux de base dans la boîte pour varier les situations, vous vous trouverez en face de multiples situations et de choix difficiles. En plus, une extension est prévue, en espérant, que celle-ci soit aussi traduite. Bonne conquête de l’espace !

Cpt Harlock

Fin de partie solo

Root, rien ne va plus !

Oui, rien ne va plus dans la forêt ! Le Petit Peuple va encore souffrir. Les Dynasties de la Canopée, l’ancienne aristocratie régnante, veut retrouver son pouvoir perdu face au Marquisat de Chat. Celui-ci l’exploite sans vergogne pour alimenter son empire économique et militaire. Or, l’Alliance de la Forêt, grâce au Petit Peuple, veut s’affranchir de ces oppresseurs. Quant au Vagabond, il se balade le long des chemins pour devenir célèbre grâce aux quêtes qui lui seront confiées. Pour finir, le Culte des Lézards, qui veut répandre la bonne parole, et la Compagnie de la Rivière, qui cherche de nouveaux marchés pour étendre son commerce, observent tout ce petit monde s’agiter.

Le Marquisat en défense face à la Canopée

Vous avez compris, Root est loin d’être un jeu tranquille. Les joueurs vont se disputer un territoire avec des forces plus ou moins nombreuses mais avec des modes de fonctionnement totalement différents. Ainsi, le jeu a des règles simples mais possède une asymétrie poussée.

La Rébellion est en marche !

A son tour, le joueur doit suivre la journée détaillée pour la faction qu’il dirige. Chacune d’elles en possède une complètement différente de celles des autres. Une journée est divisée en aurore, jour et crépuscule. A chaque phase, le joueur effectue les actions qui s’y déroulent. Les actions communes sont le déplacement et le combat. Pour les déplacements, ceux-ci se font de clairière en clairière avec la possibilité de construire des bâtiments pour récolter ressources et population. Pour les combats, ceux-ci sont résolus par le jet de 2 dés où l’attaquant prendra le plus grand des 2 résultats et le défenseur le plus petit. Chaque camp ne peut infliger plus que le nombre de meeples qu’il possède. A côté, des cartes rythment le jeu par des bonus voire des changements pour la fin de partie. Cela permet la variété dans le jeu et l’évolution de son camp.

Combat entre le Marquisat et la Canopée

Pour l’asymétrie, chaque faction est différente dans ses objectifs et spécificités. Certaines pourront construire des bâtiments uniques, d’autres auront une population importante ou contrôleront plus ou moins la carte. Il va falloir bien maîtriser son camp et faire attention aux autres pour éviter que l’un d’eux file vers la victoire. Pendant son tour, le joueur devra optimiser sa faction. Il y aura de la compétition de toute sorte pour les points de victoire. En plus, ceux-ci dépendront de son camp car différents même si chacun peut gagner en remportant une victoire normale de 30 points. La fin du jeu ne se termine pas de suite, le candidat vainqueur devra survivre un tour complet aux attaques des autres.

Le Vagabond garde un œil sur le terrain

Ce ne sera pas en une seule partie que vous découvrirez le jeu. Root propose une expérience renouvelée grâce à la tension entre les joueurs malgré le hasard des cartes et des jets de dés qui peuvent rebuter certains. Et au moment que j’écris, de nouvelles extensions vont enrichir les parties avec deux nouveaux peuples, le Grand-Duché Souterrain et la Conspiration des Corvidés.

Cpt Harlock

Les Taupes et les Corvidés, face-à-face

Journal de l’Enclume Septembre 2020

Vous l’attendiez, voici le Journal de l’Enclume de Septembre 2020. Il est un peu plus court que les précédents mais l’organisation du Hammer Time nous a bien occupé ce mois-ci. Vous y retrouverez du Nécromunda, de l’AOS, du W40k et plus original un magnifique Gold Smoke Knight (Kingdom Death Monster) par vonHymack.

Par Baflar

Une frégate, Gunhauler et Amiral pour mes pirates Kharadrons.


Par vonHymack

20 bladegheists et un guardian of souls, en mode on teste le rouge violacé. C’est une unité d’élite avec un style qui a fini de me faire craquer pour ces figs!



Un Gold Smoke Knight (Kingdom Death Monster) pour Noskill! ;)



Par Kirou

Reprise de la peinture post-vacances avec du Necromunda pour la nouvelle campagne !
Premiers membres de la Cabale Morbide de la guilde des cadavres :



Un nouveau chasseur pour mes venators :


Par Clemish

Une petite production ce mois-ci.
Une première unité de primaris pour mon armée Dark Angels:



Les terminators enfin soclés:



Des éléments de décor en impression 3D pour Nécromunda.
Bornes d’arcade



Un distributeur de boissons (pour les connaisseurs)



Enfin, quelques tables



Les jeux COIN de GMT, késako ?

Même si vous n’êtes pas un joueur invétéré, il se peut que vous ayez entendu parler de ce que l’on appelle les jeux COIN de Volko Runhke, publiés chez GMT Games. En effet, même s’ils sont en anglais et d’une difficulté élevée, les joueurs commencent à rechercher des jeux sur des périodes historiques, sans passer par les wargames qui s’adressent à un public plus restreint et avec des règles très nombreuses. Enfin et surtout, les jeux COIN seront bientôt traduits en français, le premier Falling Sky, par Nuts Publishing grâce à son partenariat avec GMT.

Andean Abyss, Vol I

COIN est un acronyme anglais pour désigner COunter-INsurgency, traduit en COntre-INsurrection. Ainsi, ce sont des jeux de guérilla multi-factions ou la lutte entre un pouvoir/gouvernement dominant et des factions insurrectionnelles, consistant en un système de contrôle de zones grâce aux actions et objectifs uniques pour chacun d’eux. Ce qui caractérise ces jeux est la complète asymétrie entre les camps et les joueurs, entre un et quatre, interagissent dans un environnement militaire surmonté du contexte politique de l’époque.

Falling Sky : The Gallic Revolt Against Caesar, Vol VI

Chaque COIN est aussi ce que l’on appelle un CDG, un Card-Driven Game. En résumé, chaque partie est cadencée par un deck de cartes d’évènements, divers et variés, grâce auxquelles, les joueurs auront l’opportunité d’effectuer leurs actions. Dans le paquet, il y aura aussi des cartes décompte, qui permettent de mettre en pause le jeu et voir si un camp a gagné. Dans le cas contraire, on redistribue les ressources, on remet de l’ordre sur le plateau et les joueurs recommencent une nouvelle période de jeu jusqu’au prochain décompte.

A Distant Plain, Vol III

En plus de cadencer le jeu, les cartes désignent l’ordre du tour des factions et un maximum de deux joueurs auront la possibilité d’accomplir leur tour. Le premier aura un avantage car, en choisissant son action, il conditionne le choix du deuxième. A la fin du tour, les deux joueurs en phase ne joueront pas le suivant, permettant aux deux autres joueurs d’effectuer leurs actions.

Gandhi : The Decolonization of British India, 1917-1947, Vol IX

Pendant la partie, il appartiendra de maintenir un certain équilibre entre les factions. Même les alliés naturels pourront poser une menace directe à vos efforts par la corruption, le patronage culturel voire les pratiques commerciales douteuses. Ce qui provoque une inter-action entre les joueurs et même si vous réglez un problème un moment donné, un autre pourra surgir à un autre endroit et à un autre niveau.

Pendragon : The Fall of Roman Britain, Vol VIII

L’intérêt des COIN est que le système de règles reste le même. Chaque boîte amène des points spécifiques à celle-ci. Ainsi, cartes, actions et conditions de victoires permettront de découvrir un conflit en particulier et donc une différente façon de jouer celui-ci.

Cuba Libre, Vol II

Et ces derniers sont nombreux. Pas moins de neuf boites existent et trois sont en préparation. Il y a donc de quoi faire pour découvrir la richesse de ces jeux car au sein même d’une boîte, chaque partie est différente les unes des autres grâce au deck. De même, il existe de mini-extensions qui viennent compléter voire améliorer le matériel des différents boîtes. Il y aura, certainement, une période d’apprentissage, pour les nouveaux joueurs, pour trouver la richesse qui y réside. Mais, il est clair que les joueurs passionnés trouveront vite leur intérêt.

Liberty or Death : The American Insurrection, Vol V

Pour terminer, comme je l’ai dit plus haut, les COIN se joue de un à quatre. Il existe, donc, un mécanisme pour jouer de manière solo grâce à l’intervention de bots IA et d’un schéma détaillant leurs actions. Ces IA sont très bien construites et peuvent vous donner du fil à retordre. C’est aussi un moyen pour appréhender les règles mais il est clair que les jeux COIN sont intéressants en jouant à plusieurs.

Colonial Twilight : The French-Algerian War, 1954-1962, Vol VII

Il ne reste plus qu’à vous souhaiter de bonnes parties.

Captain Harlock

Fire in The Lake, Vol IV

Journal de l’Enclume Août 2020

Enfin la douce torpeur du mois d’août : cette chaleur,  les vacances….
Mais, mais, mais, quel est ce bruit ? Les forgerons ne se reposent-ils pas ?  Que nenni, les amis ! Nous préparons d’arrache-pied le Hammer Time.
Les plus valeureux d’entre nous trouvent aussi le temps de tripoter leurs pinceaux. Vous trouverez donc ci-dessous quelques peintures pour nos jeux habituels de chez GW : AOS, W40k, Warcry, Necromunda, KillTeam et, plus original, par Dim, des figurines pour le jeu de plateau Dark Souls aisni que quelques figurines Infinity.

Par Greglegob

Une peinture rapide pour les stormprout de TIM organisateur du tournoi UTOPOLYS de juillet.
Je m’étais engagé à lui
peindre une unité si il gagnait contre mes slaves to Darkness de Nurgle. Malgré sa défaite ( 7 à 6 ) je suis content de lui peindre son unité car la partie était vraiment comme on souhaite en avoir plus en tournoi ( du beau jeu dans une ambiance fairplay sur la table et autour de la table). Nul doute qu’avec un peu de couleurs cette unité gagnera en efficacité.

Je ne lache pas mon fil rouge pour autant et c’est le Gaunt Summoner qui rejoint les rangs communs de mon armée slaves to Darkness et mon armée de Tzeentch. J’ai ajouté un petit clin d’oeil a deux univers SF bien connus.

Par Noskill

Peu de peinture ce mois d’août.
Un shaman orruk qui rejoindra mes Ironjawz.

Et un formor ogroid pour Warcry.

Par Tangeek

Le mois d’août aura été très calme aussi côté peinture je mets quand même ici une petite production faite en debut de mois
Un devilfish pour mes t’au :

Par Masp

Participation pour ce mois d’août :

Les Dérouilleurs (gang Goliath).

Un début de kill team mechanicus.

Ma bande de Spyre Tyrants pour warcry

Par Dim

Ce mois ci du travail sur dark souls le jdp objectif boite full peinte. Ensuite la boote kaldstrøm pour le HT et les demo de thylgame


Par Riri

Ma maigre production figurinistique depuis mi-juillet…

Par vonHymack

Un mois actif en peinture murale! Donc moins de figs… XD
Une 40aine de spectres en préparation et un sort persistant pour AoS :